1145560213525784871_edited.png

 

Denis Langue, alors Directeur du Château Calissanne dans les Bouches-du-Rhône, écrivait en1992 :

« La peinture de Josette Mingot allie force, finesse et sensualité.

Avant tout Josette dessine à merveille : elle possède ce talent rare de donner vie à la moindre silhouette et cette vie-là est grave et généreuse. Lorsqu’elle emploie la couleur dans ses huiles ou ses pastels, elle y apporte chaleur et plénitude.

Josette Mingot exprime dans sa peinture la profondeur et le foisonnement de son inspiration ; elle nous fait découvrir aussi la richesse de notre propre émotion ».

En cette occasion, le critique Michel Egéa ajoutait dans le journal Le Provençal : « Portraitiste de talent, elle possède un coup de crayon vif et sans faille. Ses dessins sont purs et puissants ».

Henri Bourdet-Guillerault, Directeur de la Revue Les Nouvelles Affiches de Marseille, écrivait en Mars 1988 :

« C’est un plaisir de découvrir, de temps en temps, un peintre autodidacte (ou presque) qui n’a pas fait fausse route. Il est vrai que Josette Mingot, qui a eu la chance de rencontrer Jean-Claude Imbert et Jeanne Coquard, a vite compris les exigences de l’art. Elle a travaillé, revenant sans cesse sur ses esquisses et refusant obstinément la facilité ».

 

Pensées sur mon cheminement

 

Dessiner fut un besoin et un apaisement,

Point de départ figuratif, l’intention du portrait dès l’enfance.

Dépasser le don et la facilité,

Surtout ne pas enfermer dans la forme

 

Désir de ne pas figer

Découvrir mon trait, trouver la touche.

Le travail conduit vers un ailleurs inconnu.

Tenter l’aventure du sec, de l’eau, de l’huile, de l’encre et

de la couleur.

La touche, le trait évoluent

 

Dépasser la forme

Traverser le sujet pour une rencontre sans parole,

Lâcher prise, pour la trace que fait le vivant

Laisser passer la vibration

S’approcher de l’essentiel sans savoir ce qu’est l’essentiel.

Josette Mingot